ALGAE IMAGINARIUM, Entre réalité scientifique et imaginaire artistique

Du 4 au 29 novembre 2019, au TIPI – Campus Pierre et Marie Curie
4 place Jussieu – 75005 Paris
Gratuit

Imaginée par la Société Phycologique de France dans le cadre de la grande opération La Mer XXL à Nantes, l’exposition ALGAE IMAGINARIUM, Entre réalité scientifique et imaginaire artistique, fait escale à Paris, sur le Campus Pierre et Marie Curie, du 4 au 29 novembre 2019.

Réalisée avec le soutien de la Direction des relations Science Culture et Société (DRSCS) et la faculté des Sciences et Ingénierie (FSI) de Sorbonne Université ; du programme européen GENIALG ; de l’IFREMER ; de l’association les Amis des cryptogames ; du programme ANR IDEALG, ainsi que la participation du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) et des Bibliothèques universitaires de Sorbonne Université, cette exposition se propose de faire découvrir la diversité extraordinaire des algues en combinant approches artistiques et scientifiques.

Ces dernières demeurent souvent mal connues. Pourtant les algues sont de plus en plus appréciées pour leurs vertus nutritives, curatives et leurs particularités chimiques.

Réunir dans un même espace des travaux scientifiques et artistiques est l’occasion de mieux connaître ces étranges végétaux sous-marins et de réfléchir sur leur place grandissante dans notre quotidien.

ARTS ET SCIENCES

En réunissant les œuvres de plusieurs artistes de talent, Camille Prunet et Line Le Gall, commissaires de l’exposition, invitent le visiteur à observer les différences mais aussi la complémentarité des démarches entre artistes et scientifiques. Elles révèlent la porosité des méthodes et des imaginaires qui circulent entre les deux mondes.

Les délicates préparations et manipulations au microscope de Sébastien Colin (Ingénieur de recherche à la Station biologique de Roscoff) permettent de donner un aperçu de la complexité des formes d’algues et de plancton. Les photographies sur fond blanc de Nicolas Job (photographe indépendant) subliment l’intensité des pigments et la diversité des couleurs de chaque espèce. Enfin, les prises de vue sous-marines de Wilfried Thomas (Plongeur photographe de la Station biologique de Roscoff) vous plonge dans la luxuriance de paysages splendides.

Ces observations effectuées, vous découvrirez comment certains artistes utilisent les propriétés originales des algues pour leurs créations. Ce sont, par exemple, les capacités de photosynthèse et de restitution de la lumière qui se retrouvent dans les œuvres de Lia Giraud, Diane Trouillet et Jun Takita. Tandis que Cyril Burget et Jean-Marc L’Hôtel, ainsi qu’Iris Gallarotti s’intéressent davantage à la question de l’imaginaire suscité par les algues.

Ces différentes œuvres et univers d’artistes sont ainsi l’occasion de découvertes subtiles et fascinantes. Leur beauté fragile et parfois éphémère questionne notre rapport à l’environnement dans un contexte où l’activité humaine marque désormais la planète à l’échelle géologique.

Avec Cyril Burget nous y participons.

Vous pouvez y entendre: « écouter le chant des herbiers de Posidonies »