Pour cette soirée anniversaire des 20 ans d’ ABRAXAS, j’aurais aimé que les invités présents puissent toucher du doigt les résonances profondes que le travail de Loïc provoque à l’intérieur du corps humain.

Mon travail est de sculpter le son.

Pas un des sons que vous entendez ne provient d’ailleurs que de ces séances de travail.

A l’aide de différents micros, dont l’un directement en contact avec la peau, j’ai recueilli une matière première que j’ai, par la suite, travaillée comme de la terre de potier.

Rien n’est joué, rien n’est samplé, tout est sculpté.

A l’arrivée, un résultat assez proche de ce que vous aimez: une musique, organique, tribale, en connexion profonde avec le corps.

Cette musique nous dit :

  • Que l’aiguille de Loïc  tel un diamant sur le disque fait vibrer le corps, et plutôt joliment.
  • Que, l’air de rien, Loïc travaille avec un tempo bien marqué puisque de ce rythme, dehors /dedans, jaillit une possibilité de séquences, qui si elles ne sont totalement répétitives, sont parfaitement rythmées.

Voici quelques moments de cette soirée magique, mixée de platine de maître.

ABRAXAS Chant de Lune

ABRAXAS Chant de l’Autre

ABRAXAS La Genèse du Film

ABRAXASABRAXASABRAXAS

Previous articleProjet inouï, lectures publiques mises en son
Next articleLe Cercle Sauvage de Anne Sibran